L'expression "Renaître de ses cendres" ne m'a jamais parue aussi vraie...

Mais bien plus qu'une renaissance, je crois qu'on peut parler ici de résurrection pour celui qui est au centre de nos préoccupations depuis des semaines, notre "nouveau né", notre Home sweet Home" fraîchement rénové...

Bien plus que des mots, des photos qui en disent long et des petits désagréments de dernière minute , histoire de rajouter un peu de piment à une aventure déjà bien corsée !

Un plafond qui 2 fois de suite refuse de faire collé serré avec son amie la peinture "Valentine" qui tente désespérément de s'accrocher à lui mais qui hélas se fait lamentablement larguer malgré les négociations plus qu'insistantes de son ami l'enduit...

Un parquet qui flotte nickel mais qui nous fait le coup de la lame qui se décroche légèrement histoire de faire cavalier seul et ne pas rester soudée aux autres ! Résultat sans appel : Obligé de re démonter une partie de la cuisine et le sol qui va avec afin d'acceder à la récalcitrante et la remettre dans le droit chemin à coup de marteau !

La violence a été omniprésente sur le champ de bataille.. jusqu'à la fin, à grand coup de disqueuse et de scie circulaire. J'ai quand même réussi à glisser un peu de douceur en lissant les murs jusqu'à ce qu'ils deviennent doux comme du velours... Je ne cesse de le répéter mais la préparation des supports c'est comme pour le PQ... quand on s'habitue à la douceur Moltonel, exit le papier de verre surtout quand il est blindé de petits trous !!!

Face à l'ampleur du travail et tel un mauvais remake d'une émission que je ne citerai pas mais que vous devinerez si je vous dis qu'elle fait pleurer dans les chaumières, beaucoup d'amis ont eu pitié... Ils se sont mobilisés pour nous aider à terminer dans les délais... une vraie fourmilière où tout le monde s'est agité des jours entiers... Je les remercie tous pour leur aide précieuse sans laquelle nous serions encore en train de respirer du ciment en barbotant dans la peinture !

Pour clôturer le tout, samedi dernier vers 22h, veille du grand chambardement, nous voilà avec my darling en train d'évacuer les cartons et bâches de protection afin de faire place nette avant l'arrivée du "contenu"... Moi dans l'ascenseur en train d'entasser et l'homme en train de faire des aller et venue avec les emballages... D'un coup, alors que nous sommes sur le palier, un claquement retentit... Un de ceux qui vous font froid dans le dos et vous provoquent simultanément des suées... L'air incrédule vous posez la question qui tue : "Dis moi chéri, tu as les clés au moins ???????"  L'homme se décompose... moi, je me laisse choir lamentablement dans les cartons... les clés de l'appartement, celle de la voiture ainsi que les téléphones sont juste derrière cette maudite porte ! Et nous, sur le palier... Ça me rappelle un vieux film avec Pierre Arditti ça, sauf que nous il nous reste quand même nos vêtements, certes bien crado mais mieux vaut ça que de se la jouer Adam et Eve en guise de premier contact avec les voisins, ceux qui connaissent le film comprendront !!!!!

Bref, l'homme se sent alors d'escalader le balcon de chez la voisine... je vous précise, on est au 6e et dernier étage d'une façade raide comme le versant abrupt d'une montagne... Moi, je trouve ça absolument flippant de prendre un tel risque pour s'éviter le serrurier la veille de déménager ! Bon ok, on est dans la merde, on est fatigués et à bout de nerfs... Nous voilà sur le balcon d'à coté... Raisonnablement, l'homme estime qu'enjamber la balustrade est carrément suicidaire mais que de passer le mur de séparation, c'est jouable... Moi je me dis que les pompiers se déplacent bien pour récupérer les minets coincés en haut des arbres, ils viendront bien déloger mon gros chat à moi si par malheur il tétanise en haut de son perchoir !! Le voilà qui se hisse, se positionne de toute sa hauteur à califourchon sur le rebord du muret, le vide juste derrière lui... A cet instant, la faible femme que je suis submergée par la peur et la fatigue refuse catégoriquement de lui lâcher le pied ! Comme si ça pouvait lui servir à quelque chose dans l'instanté, si ce n'est l'empécher de passer de l'autre côté, cqfd...  Avec sa souplesse légendaire, il passe enfin le mur et constate que finalement quelques abdos sont bien utiles pour ne pas tomber d'un coup en s'arrachant la moitié du dos sur les fixations du store banne ! 

Le voilà à nouveau sur pieds et moi soulagée au point de m'effondrer, devant la voisine émue aux larmes de me voir ainsi ! Ça, c'est ce que j'appelle faire une entrée remarquée... question discrétion, on pouvait pas mieux trouver !!!

Nous voilà chez nous depuis quelques jours, non plus dans les travaux mais dans les cartons cette fois... Hier soir, notre Alexia a malgré tout soufflé ses 20 bougies sur un vulgaire gâteau Picard (on se rattrapera bientôt ma chérie, promis !), nous avons sympathisé avec nos voisins somme toute adorables et très serviables, vous l'aurez compris... On s'installe doucement, quelques finitions à faire et ensuite, place à la déco... enfin.

En attendant de reprendre une vie peu à peu normale, voici quelques images "avant / après", petit exercice qu'il me tardait de vous faire partager... 

Merci encore pour vos petits mots d'encouragement et votre fidélité...

A très bientôt !

couloir vu de l'entrée

A TRIER3

HOME LE FENOUILLET1

dans le salon 

HOME LE FENOUILLET5

HOME LE FENOUILLET4

dans la cuisine

A TRIER4

chambre n° 1

HOME LE FENOUILLET

chambre n° 2

HOME LE FENOUILLET2

chambre n° 3

HOME LE FENOUILLET3

la salle de bains et ses petits galets de l'Almanarre (à terminer !)

A TRIER6 

 

*    *     *     *     *